Maraîchage

Ce début d’année, une nouvelle collaboration est née entre le projet « Je protège l’eau de Wallonie » et Pierre Lhoas, maraîcher bien connu de la région Oheytoise.

Les légumes issus des Jardins de Vertumne sont produits en respectant les méthodes culturales écologiques. Les techniques de production sont basées sur les recherches les plus récentes, tout en privilégiant la protection de l'environnement et la santé de l’homme. La méthode de production dite "intégrée" (et zéro résidus phyto) met en valeur les mécanismes régulateurs naturels (faune auxiliaire) pour préserver l'équilibre du sol et la qualité de l'eau. Soucieux de toujours améliorer ses techniques de production raisonnée et durable, le souhait de Pierre est de maîtriser le désherbage. En effet, les parcelles de maraîchage des Jardins de Vertumne sont cultivées en planches recouvertes d’un film plastique noir afin de lutter indirectement contre les adventices, préserver l’humidité et réchauffer le sol. Les passe-pieds, soit l’espace entre les planches, ne sont eux, pas recouverts. Cela engendre après un certain temps, un développement d’adventices qui nécessite un travail de désherbage manuel important après l’implantation de la culture.

Un test a donc été mis en place avec les techniques les plus prometteuses pour aider Pierre à atteindre ces objectifs. La collaboration consiste notamment en une analyse technico-économique des moyens de désherbage alternatifs dans les champs du producteur de légumes.Concrètement, différentes techniques alternatives sont testées sur 10 placettes d’environ un are chacune. Les modalités appliquées sont le paillis de chanvre ou de miscanthus, la toile opaque et le semis d’un couvert végétal permanent (trèfle nain) ou gélif (moutarde-phacélie).

 

Pailis de chanvre et de miscanthus

chanvre 22 octobre.jpg
miscanthus.jpg

Semis de moutarde-phacélie et de trèfle

moutarde phacélie 22 octobre.jpg
trèfle 22 octobre.jpg

Pose d'une toile tissée

toile tissée.jpg

Ces 5 modalités sont appliquées deux fois afin d’obtenir des résultats représentatifs. Le but est de déterminer si ces techniques peuvent éviter la levée intempestive de mauvaises herbes entre les légumes.

Et qui sait, peut-être Pierre ne sera-t-il pas le seul à être convaincu ? D’autres maraîchers et jardiniers amateurs voudront s’inspirer de ces pratiques ! Pour découvrir les techniques de désherbage alternatives étudiées, une visite du champ de tests est programmée un peu avant la récolte (vers la mi-mai, fin mai 2022). Ce sera l’occasion de se rencontrer et d’en parler in situ

Vous désirez avoir plus d'infos sur notre projet ? N'hésitez pas à nous contacter !